le maquis
le programme
a venir


Le site du maquis (Acceuil)


Le Maquis historique
2006
2008



ANNEE 2007

Animations concerts et évenements de l'année au Maquis

(accés direct  par un clic sur le nom)



  1. Les Mystic's Brothers
  2. SUREDA
  3. La Bastide
  4. Trio Francis Lockwood, Sébastien Charlier, Olivier Mugot.
  5. Soirée autour de Henri ALEKAN
  6. JEBELTAR  CONCERT
  7. l'association Page 10
  8. Rencontre avec Claude Cabanes  autour de son livre "Le siècle dans la peau"
  9. Les Octaves chantent Ferrat
  10. D'JAB TRIO
  11. DUO SENEM DIYICI / ALAIN BLESING
  12. CABARET BRECHT
  13. vere novo
  14. TRIO/Alain Blesing/ Nicolas Fargeix/ Benoît Keller
  15. Bernard PERRILLAT
  16. "TRIO MANUCH"
  17. Eva Bur am Orde
  18. Claire Lise
  19. Fredéric Couraillon
  20. PIERRE MICHAUD
  21. PIERRE MICHAUD
  22. SUREDA
  23. CECILE CORBEL
  24. SALON DES ARTS POTAGERS
  25. La Bastide
  26. Shuddhashil CHATTERJEE
  27. VADIM PIANKOV
  28. Marc Grollimund
  29. Olivier Mugot Trio 1
  30. Olivier Mugot Trio 2
  31. Dushan di Concilio
  32. Ludo's jazz trio
  33. D'JAB TRIO.
  34. La Bastide chante Barbara
  35. Vitaty Makukin  (Guitare) & Natasha (Chant)
  36. Kris DAVIS au piano  
  37. Nicolas MASSON Saxophone
  38. Youen Cadiou Contrebasse
  39. Ludovic Bulcourt et Gwenael Micault



Le Maquis, c'est un café où l'on peut manger, c'est aussi une épicerie de produits locaux et de produits équitables, un peu de brocante, des jeux et de la lecture à disposition, de la musique, des expos, peut-être des rencontres, des projections....
Horaires minimums garantis :
Vendredi  et veilles de jours fériés:     16heures à 23 heures                maxi 2heures
Samedi :                                                    9heures à 23 heures                maxi 2 heures
Dimanche  et jours fériés:                       9 heures 20 heures
Le Maquis historique 2007
Samedi 29 décembre
Dimanche 30  décembre
Lundi 31 décembre

21 heures
IL N'Y A PLUS DE GENESE

Les Mystic's Brothers


Jean Martin
Jean Marie Jaworsky

-Deux religieux hyperactifs;
un curé, un moine……...
-Un autel 4 étoiles qui fonctionne comme
un distributeur de coca cola.
-Des parties de la genèse psalmodiées
par un mystique imitateur et schizophrène sérieusement comiques ou follement engagées dans une mise en scène pleine de génuflexions
-Quelques miracles sous forme de magie
-Un calice qui déborde quand la coupe est pleine
-des bruitages divins pour ces mystiques qui entendent des voix à la télévision
-une flûte, une guitare pour que la vie soit un long fleuve tranquille et que tout le monde, il aille au paradis
Carte blanche à Annie Suréda et Gwénaël Micault
accompagné de Olivier Mugot (guitare)
cliquez pour écouter

Vendredi 21 décembre
samedi 22
décembre

21 heures

SUREDA


Musique du monde
La musique de SUREDA est comme un interminable voyage, à travers des compositions originales, qui se basent sur des différentes influences musicales (celtique, méditerranéen, latino..jazz, etc..)
La plus part des chansons sont en espagnols, quelques unes en catalan.
 Le tout est chanté par la voix légère et transparente d’Annie Sureda-Castello. Elle-même écrit la plus part de ses chansons. A ses côtés on retrouve le merveilleux jeux d’accordéon et de bandonéon de Gwenaël Micault. On peut écouter également la guitare folk, flamenco…
 


annie sureda
CD

sureda
Dimanche 16 décembre 18 heures
Chansons
Nouvelle Slamée
"l'Ermite de la Foret d'Othe"

La Bastide

Cliquez pour accéder à leur site
thibo Odon : au texte et à la guitazre de temps en temps
fred Raby : batterie et tablas
Julien Diot à la basse
petite interview par l'envoyé special du Maquis

le maquis : on vous a vu au maquis chanter Barbara en mars (duo guitare - chant), puis on vous a vu chanter vos chansons en juin (vous étiez 4), mais là, c'est quoi cette histoire d'ermite ? et surtout le style, nouvelle slamée, c'est quoi ?
thibo : avant tout, c'est l'histoire vraie d'un homme qui vécut différement des autres.
C'est aussi une histoire locale, puisqu'elle s'est passée en pays d'Othe Aubois entre Villemaur  et Mesnil Saint Loup. C'est un peu une légende locale.
Pourquoi slamée, ensuite? parce que j'avais envie de dire ma nouvelle sur de la musique, ce qui a induit que je la transforme un peu, entre autre dans le rythme du texte.
le maquis : et le texte, d'où vient-il ?
thibo : en fait, je suis allé voir des anciens des deux villages pour avoir des infos, des anecdotes, puis à force d'anecdote, j'en ai fait une nouvelle.
le maquis : et la musique, ça donne quoi ?
thibo : ce n'est pas facile à décrire, parce que ça varie entre différents styles. dans l'ensemble des chouettes lignes de basse accompagnées de la batterie de Fred (une batterie fine et intélligente.
Pour vous donner une petite idée, il y a toujours my space...
www.myspace.com/labastidechantelermite
... et sinon, le meilleur moyen de se faire une idée est de venir le 16.
Cliquez pour accéder à leur site
Chansons
Nouvelle Slamée
"l'Ermite de la Foret d'Othe"
bastide
Vendredi 14 et samedi 15 décembre 21 heures
JAZZ

Trio Francis Lockwood, Sébastien Charlier, Olivier Mugot.


Francis Lockwood (piano)

Tout est possible, son dernier album sur Jimi Hendrix l’a prouvé. Il réédite l’exploit en allant chercher des thèmes peu usés pour ne pas dire inexistant dans le répertoire du jazz. Il s’entoure de deux merveilleux musiciens : Benjamin Henocq (drums) et Michel Zenino (Bass) très inspirés par le jeu de Francis. Un jeu qui permet une exploration atypique du genre, plein d’énergie et avec un sens jubilatoire de la montée en puissance. Il a choisi un jazz puissant comme le rock.
Classique, jazz et rock, le pianiste, récompensé à maintes reprises, a une longue carrière d'enregistrements et de concerts à travers le monde.
Il se produit régulièrement dans les Clubs parisiens, en duo au côtés de son frère Didier Lockwood, et donne des concerts à l'international organisés sous l'égide de l'Alliance française

Sébastien Charlier (harmonica)
Sébastien Charlier évolue dans le Jazz depuis le début des années 90.
Sa technique développée à l'harmonica diatonique est originale, surprenante mais ne prend jamais le pas sur l'expression et la sensibilité artistiques.
Ses rencontres avec Didier Lockwood, Benoît Sourisse, Michel Edelin, Nicolas Espinasse, J.P. Millier, Olivier Cosson,... sont autant d'occasions d'enrichir son jeu et de lui donner une coloration chaleureuse, pleine de générosité et d'humour.
Après un premier album "Impasse des Mousserons" paru en 1995 sous le label Pilick Production dans un esprit très électrique et patchwork Jazz, Nico et Seb décidèrent en 1999 de s'atteler à des enregistrements entièrement acoustiques. Un album dans lequel quelques uns des plus beaux standards de jazz sont revisités et servis par des improvisations... enthousiasmantes.
Sébastien vient de sortir un nouvel album : "Diatonic Revelation" sur le label "âmes" de Didier Lockwood, avec Benoît Sourisse (piano & fender), Marc Michel Le Bévillon (contrebasse), André Charlier (batterie), et Didier en guest.
Visitez son site plein d'humour www.sebcharlier.com

Olivier Mugot (guitare)
Olivier MUGOT débute la guitare  à l’âge de 11 ans et aborde successivement tous les styles (musette, rock, variété…). Il se consacre au jazz vers 1995, et  étudie d’abord au CIM avec Gilles RENNE et Jean-Claude FOHRENBACH, puis plus récemment au  Centre des Musiques Didier Lockwood avec Pierrejean Gaucher, Louis WINSBERG, André CHARLIER, Benoît SOURISSE…

C’est sur scène qu’il a acquis son expérience :

- Avec le groupe Gevrey-Chambertin (festival d’Avignon, l’Européen, le théâtre des Blancs-Manteaux…)

- Dans les  festivals internationaux avec SUREDA et l’accordéoniste Gwenaël Micault (world musique)

- Au Montreux Jazz Festival avec le Kalimbao Project (jazz)

- Divers concerts en France avec d’autres formations jazz.

- Parallèlement il enseigne la guitare au Centre des Musiques Didier Lockwood Initial, et intervient en milieu scolaire…

Ses projets lui permettent de mettre sa polyvalence et son lyrisme en valeur. Son jeu est influencé par toutes les musiques  et se veut tour à tour mélodique ou rythmique et emprunt de toutes les couleurs qui l’entoure.



DL

ol

sc
Pour la premiere fois
soirée cinéma au Maquis!!!!


Samedi 8 décembre
20 h30

Soirée autour de Henri ALEKAN

(Cliquez sur le lien pour obtenir une bio détaillée)

Projection de

"Alekan le magnifique"

C’était il y a trente ans tout juste. Il avait neigé sur Paris, et Boulogne resplendissait sous un beau soleil hivernal. J’avais pris le métro et marchais le long de la rue de la Tourelle quand je l’aperçus pour la première fois. Il était debout sur son perron, un balai à la main en train de chasser la neige qui s’était accumulée pendant la nuit. À dire vrai, je ne savais pas encore que c’était lui, et même j’étais loin d’imaginer que c’était ce grand monsieur qui là-bas, en toute simplicité, balayait son perron.
Mais non, c’était bien lui, c’était bien Henri Alekan, que j’avais appelé quelques jours auparavant pour lui proposer d’éclairer mon premier long-métrage. Nous étions alors au début de 1975, et j’avais l’idée, encore plus saugrenue à l’époque qu’aujourd’hui, de tourner mon film en noir et blanc. Et quel directeur de la photographie avait une plus grande maîtrise du noir et blanc qu’Henri Alekan, ce magicien, auteur des images de « La belle et la bête », de « La bataille du rail » ou de « Anna Karenine »  pour ne citer que trois chefs d’œuvre parmi tous ceux auxquels il avait apporté sa science de la lumière ?  À cette excellente raison d’oser déranger un maître, je m’en étais trouvé trois autres. Deux films : « Figures in a landscape » de Losey pour l’abstraction et l’universalité de son sujet, et « Ici et maintenant » de Serge Bard que j’avais découvert à la Cinémathèque de la rue d’Ulm et qui m’avait appris qu’un célèbre directeur de la photographie pouvait s’impliquer dans une aventure aussi absolument marginale qu’esthétiquement radicale. À ces deux bonnes raisons, s’était ajouté un entretien paru quelques mois plus tôt dans le Technicien du film dans lequel Henri exprimait si clairement ce que je ressentais confusément à propos de l’architecture de la lumière, du jeu des ombres, ou du rapport entre la composition de l’image et la durée du plan. Bref, une bonne partie de ce qu’il allait développer plus tard dans son livre « Des lumières et des ombres ».
Quelques whiskys plus tard, Henri – visiblement impressionné par le découpage technique qui me tenait lieu de scénario – avait accepté ce qui allait devenir «  L’ombre et la nuit », titre éminemment alekanien pour un film qui racontait les dernières heures d’un condamné avant son exécution. Après deux années d’attente, un changement de producteur, un complément d’avance obtenu au prétexte que nous allions finalement tourner en couleurs, et une nuit d’insomnie à l’idée que le réalisateur débutant que j’étais, allait se ridiculiser aux yeux de son prestigieux directeur de la photographie, le premier jour de tournage arriva enfin. Un vendredi ce qui n’était pas banal, mais rien ne fut banal dans cette singulière entreprise. Il est vrai qu’il ne s’écoula pas un seul jour sans qu’Alekan ne crût bon de m’encourager à « casser la banalité ». À défaut d’y avoir réussi, nous avons au moins cassé les pieds du Ministre de la Culture de l’époque qui exigea, et obtint que la Commission de Contrôle interdise le film aux moins de 18 ans. Échappant volontairement à toute forme militante au sens étroit du terme – même si c’était un « grand sujet » qui ne pouvait laisser indifférent une conscience comme celle d’Henri -, il me semble avec le recul que ce film était de notre part à tous les deux, comme des comédiens du reste, un acte de foi, aussi pur que naïf, dans les vertus de l’expression cinématographique.
Quelques années plus tard, je retrouvais Henri pour « Une pierre dans la bouche », film apparemment plus classique. Continuité dialoguée, dramaturgie assagie, dialogues de Gérard Brach, casting électrique, bref un film qui aurait pu donner l’impression d’un retour à la normalité… si je n’en avais été le producteur. Entre-temps, Henri avait tourné « L’état des choses » avec Wenders qui l’avait rencontré sur le tournage du « Territoire » de Ruiz qui, lui-même, l’avait engagé en apprenant qu’il avait tourné avec moi. Après des années d’une semi-retraite bien involontaire, Henri était de retour, et celui que beaucoup avait oublié ou catalogué comme un vétéran représentant un cinéma dépassé – Duvivier, pensez donc ! -, prouvait qu’il n’avait perdu ni sa vitalité, ni son goût pour les expériences. De ce deuxième tournage, où une fois de plus Alekan démontra qu’il était le plus jeune de l’équipe, je ne retiendrai que deux images. Tout d’abord, il y a celle d’Henri qui, découvrant la maison où nous allions tourner, conquit la jeune équipe turbulente que j’avais entraîné à sa suite en évoquant la manière dont il allait s’y prendre pour créer l’atmosphère lunaire dans laquelle allait baigner toute la première partie du film. Plus tard, alors que le tournage était bien entamé, je me souviens d’Henri et de Louis Cochet, son fidèle chef-électricien, qui, rasant les murs de la maison, confrontaient leurs estimations de température de couleurs au simple examen à l’œil nu de la lumière tombant sur le dos de leurs mains.
Bien des années plus tard, Henri ayant cette fois renoncé définitivement à tourner de nouveaux longs-métrages, j’usais d’un stratagème pour avoir une fois encore le bonheur de vivre un tournage en sa compagnie. Tournage fort modeste au demeurant puisqu’en fait de stratagème, il s’agissait pour moi de faire le portrait de cet homme magnifique qui m’avait si généreusement honoré de sa confiance et de son amitié.
Et encore une fois, le charme d’Henri opéra. Même simplicité, même humour, même générosité devant la caméra que derrière. De ces jours heureux passés dans sa maison de Parly sous la houlette bienveillante de Nada, je garde le souvenir ému d’Henri, l’œil rivé à sa lunette télescopique, guettant le retour de ces anges qu’il fit surgir dans le ciel de Berlin.
Aujourd’hui, alors qu’Henri s’en est allé, je suis sûr que l’enfant qu’il n’a jamais cessé d’être les a rejoints.
Ces anges qui, à n’en pas douter, ont inspiré Pierre-Alexandre Schwab qui, sans avoir jamais rencontré Alekan, consacra il y a quelques années un très riche mémoire de fin d’études à celui qu’il a si justement surnommé « L’enfant des lumières ». Bel exemple de cette transmission à laquelle Henri voua une grande partie de son temps que ce soit à l’IDHEC, ou plus significativement encore avec les cours à l’origine de l’Institut qui aujourd’hui porte son nom…



et
"Une pierre dans la bouche"

Nuit d’orage sur une plage de l’Atlantique…
Sortant de l’obscurité, un homme, blessé, fuit devant les phares d’une voiture qui roule le long de la mer.
Pour échapper aux tueurs lancés à ses trousses, l’inconnu se réfugie dans une grande bâtisse isolée, et apparemment abandonnée. A l’intérieur, il se trouve très vite confronté à Victor, l’étrange propriétaire des lieux. Ancien comédien devenu aveugle des suites d’une blessure de guerre, Victor vit seul dans cette vaste demeure avec pour toute compagnie son chat, et Suzanne, une femme du voisinage qui vient s’occuper de lui quelques heures par jour.
Après une première période d’affrontement violent, une sorte de complicité finit par s’instaurer entre ces deux marginaux que tout oppose, à commencer par le langage. Le vieux français qui ne voit plus, mais qui parle d’abondance, cherchant peut-être chez cet américain trop silencieux un dernier public à conquérir…
Court moment de répit car dès le lendemain matin, l’arrivée inopinée du neveu de Victor accompagné d’une petite amie, constituera l’élément perturbateur qui ramènera chacun des protagonistes à sa destinée propre : le fugitif à l’action et à l’angoisse de l’instant présent, Victor à la mémoire et au souvenir de ses succès passés.

Films de Jean Louis Leconte

en présence du réalisateur
et de Nada Alekan
al
al
Vendredi 7 décembre
21 heures

JEBELTAR  CONCERT

 compositions flamenco-Jazz

Seb Trognon   Sax, flûte
Hugo parle Basse ,compo
Tim Leveque Percussions
Manu  Leveque Guitare

http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=250041187
http://www.addim89.org/siteweb/groupes/detail-result.asp?id=275
Jazz
p
Dans le cadre du futur
 Musée modeste de l'Objet Modeste
Exposition de modèles (ou matrices) en bois
(collection Arnaud Cardon)
les modèles sont fabriqués à partir d'un dessin et servent à confectionner les moules pour la fonderie
Jusqu'au 2 décembre

Rendez vous samedi 1er décembre à 17 heures pour quelques explications avec Jacky Cortet (modeleur) et Francis Huver (ingénieur)
expo
Lecture de textes sur le vin et les bistrots par

l'association Page 10


Dimanche 25 novembre
18 heures

 "Lectures enivrantes" 
Leslie Kaplan. - Les amants de Marie
Léon-Paul Fargue. - Poisons
Claire Huynen. - Marie et le vin
François Vignes. - Les Compagnons du verre à soif
Jean-Claude Pirotte. - Les contes bleus du vin
Louis Calaferte. - Septentrion
Ingrid Naour. - Le syndrome d'Atlas
Gaston Couté. - Vendanges
cafe
Samedi 24 novembre
21 heures

Rencontre avec Claude Cabanes  autour de son livre "Le siècle dans la peau"


Lecture d'extraits par Marie Flore Asseman

Claude Cabanes. "J’ai passé la moitié de ma vie à lire. La littérature, les écrivains m’ont toujours beaucoup impressionné. À tel point que j’ai longtemps estimé vain d’écrire moi-même. Cependant, j’ai réussi peu à peu à surmonter cette paralysie. Et un jour, j’ai présenté à mon éditrice un manuscrit........"

Si voulez lire le livre avant:
le livre est en vente à la librairie du Maquis au prix de 19 euros
clude
Vendredi 9 et samedi 10 novembre 21 heures

Les Octaves chantent Ferrat


Les Octaves font la fête à la chanson française et mijotent à leur façon
les mélodies,  la fraternité, les engagements de Jean Ferrat qui a su trouver de si belles
mélodies pour les vers d'Aragon.
Accompagnés par Fabien Pacot qui alterne le clavier et l’accordéon,
http://www.lesoctaves.com
les octaves

D'JAB TRIO

Vendredi 2 et samedi 3 novembre 21 heures
http://www.djab.fr/
Vibraphone, contrebasse, batterie


JAZZ
D’jab est né en 2005 de la rencontre de trois étudiants du CNSM de Paris : le vibraphoniste Benjamin Flament, le contrebassiste Joachim Florent et Antoine Brouze à la batterie. Le désir de partager leur univers musical les amène à créer un répertoire original où la mélodie et le rythme tiennent une place prépondérante.
Trio atypique où chacun est leader potentiel, D’jab développe une musique pleine de poésie, un voyage suggéré par les rythmes qui se croisent et s’enchevêtrent autour de mélodies écrites ou improvisées.
 
D'jab a remporté le 3 ème prix de groupe au Tremplin Jazz de la Défense en 2006.
Le trio sera soutenu par Culture France (Promotion d'artistes à l'étranger) durant l'année 2007.
djab

DUO SENEM DIYICI / ALAIN BLESING

Dimanche 28 OCTOBRE 18 heures
Senem Diyici [chant-percussions traditionnelles]
Alain Blesing [guitares, luths orientaux]

dans le cadre de Musiques à domicile soutenu par la Région Bourgogne
Concert GRATUIT
Répertoire proposé : ensemble de pièces traditionnelles ou classiques de Turquie ou des Balkans et pièces originales inspirées de ces répertoires.

Vendredi 26 et Samedi 27 octobre 2007
 21 heures


CABARET BRECHT



Textes de Bertolt Brecht
Musiques de Kurt Weill

Chansons interprétées par Hélène Halbin

accompagnée à l’accordéon par Philippe Borecek

Hélène Halbin

Après cinq ans de théâtre amateur avec Les Chrysalides d’Epernay puis L’Ageasse de Reims notamment dans Berlin ton danseur et la mort d’Enzo Cormann (Gretl), mis en scène par Jean-Pierre Toublan, elle a suivi les stages de formation de comédiens de Michel de Maulne, Christian Croset, Jean-Louis Wilhelm, Denis Guénoun, Flavio Polizzi, Jean-Pierre Toublan, Jean-Pierre Ryngaert . Elle passe en 1992, avec succès, l’audition pour la constitution du groupe des Comédiens de La Comédie de Reims.


Philippe Borecek

Accordéonniste-concertiste

Après une formation à l’école nationale d’Issy-les-Moulineaux (1er Prix d’écriture et d’analyse musicale) et auprès notamment du concertiste Frédéric Guérouet, il obtient plusieurs Prix en concours internationaux.
Soliste lors de nombreux concerts avec orchestre (Wozzeck d’Alban Berg avec Radio France Salle Pleyel en 1989 et Kammermusik1 de Paul Hindemith , Salle Olivier Messiean 1989 et 1993)
Interprétations pour le cinéma , pour la télévision , pour la radio  , pour opéras et opérettes , et accompagnement de divers chanteurs : Philippe Meyer, Suzy First, Micha,Madj…
Philippe Borecek et Pascal Le Pennec ont crée POLYGAMMES : duo classique d’accordéons depuis 1993, ils  tournent dans de nombreux concerts en France et à l’étranger et ont enregistré un CD de transcriptions de L’Opéra de Quat’Sous de Kurt Weill et de L’Opéra des Gueux de John Gay.



cb
Vendredi 19 octobre
 

Samedi 20 octobre 2007

21 heures

vere novo



Pierre GUILLEMAIN (Guitares/Chant)
Jérôme CHABOSEAU (Basse/Contrebasse/Viole de Gambe)
Valérie INGERT (Violon/Mandoline)

Usant de couleurs sonores incomparables, Vere Novo est un groupe aux compositions originales qui n'hésite pas à passer de la pop à la pop poétique par le biais d'orchestrations soignées.
Originaire de Sens et de Paris, Vere Novo emprunte son nom à un poème de Victor Hugo, et signifie "Au début du printemps". Ce qui symbolise, pour les musiciens, une éclosion, une renaissance.
Selon le public, Vere novo peut faire penser à: Paul Mac Cartney, Jeff Buckley, Tim Buckley, Tété, Pink Floyd, Venus...
Les textes chantés en français ou en anglais parlent d'amour mais se veulent parfois engagés. Au bord de l'Onde est de ceux-là, qui évoque avec force et émotion les violences entre Tutsis et Hutus tandis que Californian Girl nous parle des filles de Californie...
9 instruments pour 3 musiciens, tel est la performance de Vere Novo qui jongle d'un instrument à l'autre autour d'une voix qui traverse les octaves.
Dynamique et émotion, tels sont les maîtres mots de Vere Novo.
"La qualité et l'originalité des concerts offerts au public sont, sans
aucun doute, responsables de ce succès grandissant."
L'Yonne Républicaine

Pierre Guillemain (Guitares/Chant): Lauréat du concours de composition
de chanson française (Joigny,2001)
Valérie Ingert (Violon, Mandoline,choeur): Enregistrement chez Calliope
avec l'ensemble Obsidienne qui a reçu des récompenses du Monde de le
Musique et de Télérama. http://www.obsidienne.fr/
Jérôme Chaboseau (Basse, Contrebasse, Viole de Gambe, choeur):
Bassiste de Panama, habitué des articles de Bass Magazine et Guitare et
Claviers.

http://www.myspace.com/verenovo
verenovo

TRIO/Alain Blesing/ Nicolas Fargeix/ Benoît Keller

Jazz
Dimanche 14 OCTOBRE 18 heures
Alain Blesing [guitare]
Nicolas Fargeix [clarinettes]
Benoît Keller [contrebasse]

concert lecture dans le cadre de Musiques à domicile soutenu par la Région Bourgogne

Concert GRATUIT

Dans le cadre du projet “Musiques à domicile” deux petites formations (duo et trio) provoquent des rencontres en petites jauges. Entre propositions pédagogiques et actions de sensibilisation cette série de concerts destinée à un public restreint inclut un travail explicatif et interactif approfondi sur les éléments musicaux : l'esthétique, les styles, les instruments, la technique etc…
En trio, Alain Blesing entouré du clarinettiste Nicolas Fargeix et du contrabassiste Benoît Keller explorera trois des principales époques du jazz pour réviser vos classiques ! (blues, New Orleans, cool jazz, be-bop, jazz moderne).
 

Répertoire proposé : exploration des principales époques du jazz (blues, New Orleans, cooljazz, be-bop, jazz moderne, etc…). 
blesing

Bernard PERRILLAT

Chansons
accompagné par Thérèse Michelet.

 accordéon, guitares, contrebasse, steel-pan, ruan, pipa, percussions.


Vendredi 28 et Samedi 29 septembre 2007
bp



"TRIO MANUCH"

Ludovic BULCOURT, accordéon
KAMLO: guitare soliste et rythmique
Thierry PAUL: guitare rythmique et soliste


Vendredi 21 et Samedi 22 septembre 2007
 Cliquez ci dessous pour acceder à leur site
Ludovic BULCOURT: www.myspace.com/ludovicbulcourt
Pierre "Kamlo" BARRE: http://www.kamlo.fr/
Jazz manouche, très swing. Répertoire Django REINHARDT et compositions.
Le DUO LUDO/KAMLO est pétillant. Sur scène, il y a une véritable énergie ludique entre eux. 
LUDO, l'accordéoniste fougeux, d'origine tsigane. Le style manouche lui colle à la peau. KAMLO et son jeu à la guitare aux influences arabo-andalouses et Thierry PAUL, guitariste rythmique, notamment accompagnateur de chanteur de jazz et  variétés.
tp
ludo
kamlo

Eva Bur am Orde

Cliquez pour accéder à son site
du 6 juillet au 08 septembre 2007
eva
Peintures

eva  


vendredi 17 & samedi 18 aôut

Claire Lise

Cliquez pour accéder à son site
vidéo et extraits de ses spectacles
jeune chanson française


Claire Lise – Champagne et Tralala !
Chanson française – parfois drôle, parfois pas…
 
Les deux poings posés sur ses hanches, cette fille a les pieds sur terre. Elle a de la gouaille, elle a de la gueule et en plus elle n'a pas froid aux yeux. Elle a un débit de paroles qui vous submerge, des mots incisifs qui vont bien, surtout là où ça fait mal. Elle a quelque chose d'Arletty mais en blonde. Elle me rappelle aussi Olivia Ruiz, avec ce je-ne-sais-quoi dans le regard qui vous transperce. Elle sait interpréter une palette de personnages, tantôt petite fille malicieuse, tantôt femme fatale sexy quand elle chevauche la contrebasse de son musicos en murmurant : "mmmh... c'est le moment que je préfère". Elle, c'est Claire Lise qui déboule d'on ne sait où, qui envahit le lieu, se l'accapare en un tour de mains et deux ou trois p'tites chansons, comme ça - hop ! - l'air de rien. Le public est scotché et derrière le viseur c'est la fête. Parce que Claire Lise - à l'instar d'un Cali ou d'un Raphaël - pour un photographe c'est la bonne cliente, souriante, belle, généreuse, expressive. Textes au cordeau sur un tempo jazzy, le concert déroule comme ça, l'espace d'un instant. Premier rappel, "vous êtes sûrs que vous en voulez vraiment une autre ?" Le public en est si sûr qu'il y aura un second rappel, puis un troisième - un magistral "au suivant" de Brel - et un quatrième enfin - "ces petits riens" de Gainsbourg - qui finit d'achever le public du Vauban, extatique. Incroyable. Claire Lise est un personnage rare, un de ces papillons insaisissables, dont on se flatte un jour d'avoir croisé la nuit...
 
Commentaire du photographe Hervé Le Gall - Espace Vauban Brest 16 mars 2005
 


Claire lise
Vendredi 27  juillet 2007
Samedi 28  juillet 2007

21 heures et quelques*

Fredéric Couraillon


Piano
La musique classique se dévergonde au café!!!

2 CONCERTS AU MAQUIS DE VAREILLES
2 programmes différents
_
Vendredi 27 juillet 2007,
F.SCHUBERT : impromptu op 90 n° 4
F.CHOPIN : préludes op 24 n°15 et n°24
           Scherzo op 31 n° 2
R.SCHUMANN : étude symphonique op 13

pause

J.S.BACH : prélude et fugue en ut mineur, 1er livre
S.PROKOFIEV : sonate n° 3
F.CHOPIN : nocturne op 9 n° 2
           Nocturne op 27 n° 2
           Nocturne op 32 n° 1
           Nocturne n 20 en do dièse mineur
_
Samedi 28 juillet 2007,
C.DEBUSSY : feux d’artifice
L.Van BEETHOVEN : sonate op 14 n° 1
S.PROKOVIEV : sonate n° 2

pause

F.CHOPIN : nocturne op 9 n 1
           Op posthume en mi mineur
           Polonaise op 26 n 1
           Polonaise op 40 n 1
J.BRAHMS : sonate op 2 n 2 en fa dièse mineur.

Fredéric Couraillon:
Pianiste concertiste
Premier Prix du Conservatoire National Supérieur de Paris

Il commence le piano à l’âge de 7 ans.
Il a joué au Festival de Vauluisant, au Théâtre d’Auxerre lors du Festival Piano à Auxerre, au Festival Piano en Nocturne à Joigny, au Théâtre de Sens…
Avec l’orchestre de l’École de Musique de Paron et de Villeneuve sur Yonne.
Il a fait également une tournée aux Etats-Unis dans le cadre du jumelage avec la ville de Joigny, en Allemagne dans le cadre du jumelage Lörrach-Sens, à Bruxelles en Musique de Chambre.

Il donne des cours depuis une dizaine d’années au Centre des Musiques de Didier Lockwood, à l’École de Musique de Paron, et l’École de Musique Villeneuve sur Yonne



Formation et prix
De 1991 à 1995 poursuit ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jean-François Heisser où il obtient en 1995 le Premier prix de piano
De 1989 à 1991 suit des cours au Conservatoire National de Région dans la classe d’Olivier Gardon, il obtient en 1990 sa médaille d’or à l’unanimité, en 1991 le Prix d’Excellence à l’unanimité.



Participations aux concours internationaux et master class internationale
2006 concours international  « Compositores de Espagna » de Las Rosas de Madrid
2005 master class de Léonel Morales à Granada (2005-2006)
2003 concours International de Piano de Jaén (Espagne)
2001 concours international de piano d’Andorre
couraillon
ARCOS Y PUENTES ROOTS RALLYE 2007
Les 6, 7, 8    juillet
plusieurs concerts
dans le cadre du Roots Rallye
avec les associations
 ARCOS Y PUENTES
LA PUCE DE VAREILLES
Pour avoir le programme complet cliquez sur l'affiche
roots
Vendredi 6  juillet 2007

PIERRE MICHAUD

(violoncelle, voix, piano)
21 heures et quelques*
"dissidencello"
 
C'est d'abord un état d'esprit, tout aussi "violoncelle" que "dissident". C'est aussi le titre d'un récent album où 24 compositions font la part belle aux idées originales. Comme l'a écrit Luc Lorfèvre dans Télémoustique : "Léger, toujours mélodique, souvent déroutant…". Recommandé à qui aime sortir des sentiers battus tout en se faisant plaisir aux oreilles.

http://artist.soundoo.com/pierre_michaud
Cliquez pour acceder  à son site
Samedi 7  juillet 2007
21 heures et quelques*

PIERRE MICHAUD

(violoncelle, voix, piano)

"de Bach au Beatles, en passant par Beau Dommage, Felix Leclerc et Robert Charlebois"...
http://artist.soundoo.com/pierre_michaud
Cliquez pour acceder  à son site
pierre michaud
Dimanche 8 juillet 2007
21 heures et quelques*

SUREDA

Musique du monde
La musique de SUREDA est comme un interminable voyage, à travers des compositions originales, qui se basent sur des différentes influences musicales (celtique, méditerranéen, latino..jazz, etc..)
La plus part des chansons sont en espagnols, quelques unes en catalan.
 Le tout est chanté par la voix légère et transparente d’Annie Sureda-Castello. Elle-même écrit la plus part de ses chansons. A ses côtés on retrouve le merveilleux jeux d’accordéon et de bandonéon de Gwenaël Micault. On peut écouter également la guitare folk, flamenco…
 Annie sureda
Chant
Gwénael Micault
Piano accordéon

Xavier Seldir
Guitare
Olivier Mugot
Guitare

http://suredamusic.com
Cliquez pour acceder  à son site
annie sureda

CD
sureda
Vendredi 29 juin à 18 heures
EVENEMENT!!!!
Le bistrot de campagne devient Café de Pays


café de  pays
Vendredi 15 juin 2007 21 heures
Samedi 16 juin 2007 21 heures

CECILE CORBEL

Cliquez pour accéder à son site
http://www.myspacecom/cecilecorbel
Cliquez pour accéder à son site myspace
Harpe et musique celtique
Née en Bretagne, dans le Finistère, tout à l’Ouest de l’Europe, elle découvre et apprend la harpe celtique.
Servies par une voix attachante et un jeu unique à la harpe, ses chansons mêlent poèmes anciens et compositions personnelles, musiques celtiques et mélodies plus méditerranéennes pour un voyage hors du temps.
La jeune compositeur interprète bretonne fait aujourd’hui partager son univers « pop folk celtique » en France et dans le monde entier.

« Cécile se source à la tradition dont elle rénove les mélodies avec quelques inflexions pop et folk. (…) Elle chante avec une rare grâce »
World MD

« Cécile Corbel chante comme un rossignol »
Libération – 18 nov. 2006

« Avec un savant mélange  de chants traditionnels irlandais et de chansons bretonnes, elle impose un univers enchanteur »
20 minutes 2 nov. 2006

Remarquée lors de ces concerts, elle se produit en première partie de grands noms de la world music : Alan Stivell, Lunasa, Hélène Flaherty, Ousmane Touré
De nombreuses salles ou festivals l’ont accueillie ces dernières années (Le Satellit Café, La Maroquinerie, le Lucernaire, Solidays 2005….)
Elle a aussi été chaleureusement applaudie à l’étranger (Tournée Australie et Tasmanie 2006 (french festival d’Adélaïde avec Yann Tiersen et Matmatah) République Tchèque, Angleterre (Festival de Kinnersley, tournée USA 2002 et 2003 Louisiane, Texas,Washington DC...)
En 2005 elle a été lauréate du prix « Paris Jeunes talents ».

Morceaux choisis...

C.C est à l'image de son chant, limpide, fragile, mais ferme.  Elle part de la tradition bretonne, celle du lamento et du conte magique (...)
Libération – 14 dec. 2006

« La voix de Cécile, citoyenne du monde, coule de source, contant l’exil, les mers mauvaises, les amants séparés, les migrations... » CHORUS – les cahiers de la chanson N° 54 hiver 2005-06

« une énergie diffuse, quelque chose qui apaise. » World Musiques Destinations n°13

« Une pureté presque végétale » Elegy

« Un timbre de voix irrésistible » le Télégramme le Mag’

« Imaginez une sorte de Vanessa Paradis aux intensités graves, ajoutez quelques inflexions à la Sinnead O Connor (...) Coup de foudre assuré » Armor magazine

« A la première écoute (...) on pense évidemment à Loreena McKENNITT Ethnotempos
E

CC
Dans le cadre de la
 11eme Fête des Saints de Glace
jusqu'au 17 juin

SALON DES ARTS POTAGERS

Monique Michel pastels
Nicole Poncet photos
Sydney Cissou dessins à l'encre
Elisabeth Proux pastels
Camille Maxime aquarelles
Marie Chapelet photos
Atelier art plastique de la MJC (dirigé par Nathalie Périer) acryliques
arts ppote age
Vendredi 8 juin 2007
21 heures

La Bastide

Cliquez pour accéder à leur site
Chansons

 
I
www.myspace.com/labastide3
bastide
Dimanche 3 juin
18 heures
Concert de musique indienne

Shuddhashil CHATTERJEE

Santoor
musicos
Vendredi 25 mai 2007 21 heures
Samedi 26 mai 2007 21 heures


VADIM PIANKOV

Cliquez pour accéder à son site et écouter des extraits
Chansons

vadim piankov

Marc Grollimund

Jardinez au Naturel
Jardinez malin – Jardinez facile

Mardi 8 Mai
18 heures


Comment jardiner avec plaisir en conciliant la beauté, les bonnes récoltes, le respect de l’environnement et la santé.
Les astuces pour économiser ses efforts, recycler les déchets verts, arroser moins, prendre soins de sa terre, lutter contre les maladies et prédateurs…

 

Marc Grollimund est un passionné de botanique et de phytothérapie. Issu du milieu agricole et formé au maraîchage bio et à l’horticulture, il est  spécialiste des jardins naturels et transmet son art dans différentes structures (le Centre Pilote Européen en agriculture biologique « la Ferme Ste Marthe », CFPPA, Association de jardiniers et divers centres de  formation orientés vers la nature et l’environnement).
Il anime également des salons et des journées découverte autour de la nature. Ardent défenseur de l’environnement, il œuvre avec passion pour sa préservation. Son jardin expérimental rime avec profusion, beauté et art de vivre.
Marc Grolimund
Dans le cadre de la
 11eme Fête des Saints de Glace



Vendredi 4 MAI
à partir de 18 heures
Vernissage
Salon des Arts Potagers

Lecture de textes sur le jardin
Vendredi 20 avril 2007 21 heures

Olivier Mugot Trio 1

Olivier MUGOT
(Guitare)
Bruno PAGGI
(Guitare)
Sébastien Charlier
(Harmonica)


Samedi 21 avril 2007    21 heures

Olivier Mugot Trio 2

Olivier MUGOT
(Guitare)
Pierre-Marie BRAYE-WEPPE
(Violon et Guitare)
Sébastien Charlier
(Harmonica)

2 concerts Jazz
Olivier MUGOT
(Guitare)

Olivier MUGOT débute à l’âge de 11 ans et aborde successivement tous les styles (musette, rock, variété…). Il se consacre au jazz vers 1995, et  étudie d’abord au CIM avec Gilles RENNE et Jean-Claude FOHRENBACH, puis plus récemment au  Centre des Musiques Didier Lockwood avec Pierrejean Gaucher, Louis WINSBERG, André CHARLIER, Benoît SOURISSE…

C’est sur scène qu’il a acquis l’essentiel de son expérience :
   
- Avec Sureda et Gwenaël Micault dans de nombreux festivals internationaux
- Au sein de  Gevrey-Chambertin, au festival d’Avignon 2004 et 2005, au théâtre des Blancs Manteaux, l’Européen…
- Dans diverses formations jazz, avec Sébastien Charlier, Francis Lockwood
- Avec toutes les formations  qui naissent sur l’instant, au Montreux Jazz Festival avec des élèves du CMDL.

Ses projets lui permettent de mettre sa polyvalence et son lyrisme en valeur. Son jeu est influencé par toutes les musiques  et se veut tour à tour mélodique, rythmique, hispanisant, arabisant, jazzyfiant…



Bruno PAGGI
(Guitare)

Bruno PAGGI est une figure de la guitare Sénonaise depuis de nombreuses années, il a acquis sa grande connaissance du jazz au CIM avec Pierre CULAZ à la même époque que certains grands noms de la guitare tel Louis Winsberg qu’il a côtoyé. Il participe à des nombreux groupes et projets de la région depuis toujours : rock variété, jazz et musique de film. Il collabore avec Pierre Lange notamment et compte de nombreux concerts dans tous les styles. Joue avec No Comment, Hymalia. C’est également un enseignant reconnu, mais c’est surtout un formidable improvisateur de jazz qui maîtrise avec aisance le répertoire.



Pierre-Marie BRAYE-WEPPE
(Violon et Guitare)

Pierre-Marie BRAYE-WEPPE est tombé dans la marmite du jazz dès son plus jeune âge.
Remarqué par Didier Lockwood, ce dernier lui propose de se former au Centre des Musiques Didier Lockwood avec André CHARLIER, Benoît SOURISSE, Johan RENARD, Frédéric NOREL.
Il s’intéresse à tous les styles de musique et pratique également la guitare parallèlement au violon. Il dispose déjà d’une très grande expérience musicale et scénique. Collabore avec Didier Lockwood, Romane, Richard Manetti, Gevrey-Chambertin  et depuis peu avec Vincent ROCA  pour lequel il compose et qu’il accompagne dans son nouveau spectacle. Ses références : Festival de jazz d’Avon, festival Django Reinhardt, France Musique, festival d’Avignon, le Petit Journal Montparnasse, le Parc Floral de Vincennes…

Un concentré de talent, une virtuosité et une grande sensibilité au service de la musique.



Sébastien Charlier
(Harmonica)

Sébastien Charlier évolue dans le Jazz depuis le début des années 90.

Sa technique développée à l'harmonica diatonique est originale, surprenante mais ne prend jamais le pas sur l'expression et la sensibilité artistiques.
Ses rencontres avec Didier Lockwood, Benoît Sourisse, Michel Edelin, Nicolas Espinasse, J.P. Millier, Olivier Cosson,... sont autant d'occasions d'enrichir son jeu et de lui donner une coloration chaleureuse, pleine de générosité et d'humour.
Après un premier album "Impasse des Mousserons" paru en 1995 sous le label Pilick Production dans un esprit très électrique et patchwork Jazz, Nico et Seb décidèrent en 1999 de s'atteler à des enregistrements entièrement acoustiques. Un album dans lequel quelques-uns des plus beaux standards de jazz sont revisités et servis par des improvisations... enthousiasmantes.
Sébastien vient de sortir un nouvel album : "Diatonic Revelation" sur le label "âmes" de Didier Lockwood, avec Benoît Sourisse (piano & fender), Marc Michel Le Bévillon (contrebasse), André Charlier (batterie), et Didier en guest.
Visitez son site plein d'humour www.sebcharlier.com

olivier


bruno


pierre marie




seb
Vendredi 13 avril 2007 21 heures
&
Samedi 14 avril 2007    21 heures

Concert jeu
L'histoire du cinéma en 15 mélodies

Dushan di Concilio

(Piano)

Reconnaissez les musiques de film et leur compositeur et gagnez des lots
1er prix
le dessin original de l'affiche par Eric Jeunehomme
( 1 par soirée)
 et d'autres lots
Deux programmes  différents pour les deux soirées
venez avec vos stylos


concert jeu nomme
Exposition Marie George Stavelot   jusqu'au 1er avril 2007
              en Marge du Mariage

Le Maquis présente  les photographies de Marie George Stavelot pour une exposition intitulée En Marge du Mariage.
Après ses portraits de marginaux, de boxeurs, de personnes âgées….,  Marie George s’est amusée à capter les à côtés, cocasses, attendrissants, émouvants,  du plus beau jour de leur vie.
Elle révèle là encore, son sens du portait , du détail , de l’observation, et humanise ces événements traditionnels. Elle est dans la lignée des grands photographes humanistes.


Son blog:  
http://mgsphotographe.blogspot.com/
mariage
Ludovic Bulcourt

Ludo's jazz trio

Ludovic BULCOURT, accordéon
 Jerry EDWARDS au trombone
 Bruno BELLEMIN guitare

Accordéon, trombone et guitare

"Exercice périlleux d'un format original accordéon/trombone/guitare.
Libre Voltige sur Rythmes Tziganes.
Un Trio de musiciens virtuoses et inspirés.
Quelques standards, des compositions originales dans la veine d'Astor Piazzola et de Richard Galiano, mais aussi des morceaux inspirés de Coltrane, Bill Evans ou du free jazz, Ludovic BULCOURT, compositeur et inventif, à réuni autour de lui deux musiciens, le fameux Jerry EDWARDS au trombone et un guitariste de qualité, Bruno BELLEMIN.
Cet ensemble construit un univers musical de passion et de sensibilité, tantôt festif, tantôt mélancolique, où s'entrechoquent accents tsiganes, tangos de Buenos Aires, dans le ciel étoilé de la Planète Jazz!"
La bio:
Ludovic BULCOURT est né le 24 juillet 1965 à Charleville-Mézières (Ardennes).
Il étudie l’accordéon dès 12 ans. A 16 ans, le déclic du Jazz s’opère rapidement par le biais du Tango avec la découverte d’Astor Piazzola.
Il travaille alors le bandonéon avec Denis Tuvery, partenaire de Marcel Azzola et Lina Bozatti.
Son jeu à l’accordéon s’oriente clairement vers le Jazz.
Il commence à composer et devient créateur de sa propre musique.
A participé à de nombreux festivals
 En .Juillet 2004  Ludo autoproduit son album «Libre Tzigane».
Il a fait naître un nouveau style, le «tsigajazz», une musique venue des peuples voyageurs...

ludo
bruno bellemin
jerry edwards
Vendredi 23 mars 2007 21 heures

D'JAB TRIO.

http://www.djab.fr/
Vibraphone, contrebasse, batterie


JAZZ
D’jab est né en 2005 de la rencontre de trois étudiants du CNSM de Paris : le vibraphoniste Benjamin Flament, le contrebassiste Joachim Florent et Antoine Brouze à la batterie. Le désir de partager leur univers musical les amène à créer un répertoire original où la mélodie et le rythme tiennent une place prépondérante.
Trio atypique où chacun est leader potentiel, D’jab développe une musique pleine de poésie, un voyage suggéré par les rythmes qui se croisent et s’enchevêtrent autour de mélodies écrites ou improvisées.
 
D'jab a remporté le 3 ème prix de groupe au Tremplin Jazz de la Défense en 2006.
Le trio sera soutenu par Culture France (Promotion d'artistes à l'étranger) durant l'année 2007.
djab
Dimanche 18 mars 2007 18 heures

La Bastide chante Barbara

Duo
emilie boulin-thibo odon
Petit interview réalisé par le journaliste du maquis:

Le maquis
: alors pourquoi?

thibo: Emilie et moi jouions ensemble dans la Bastide depuis pas mal de temps, et puis un jour nous avons eu l’idée de créer en parallèle un petit spectacle, plus intimiste, avec juste une guitare et une voix… pourquoi Barbara ? peut-être parce qu’on nourrissait la même admiration… et puis aussi parce que ça colle tellement bien avec la voix d’Emilie… alors on a écouté tout Barbara pour garder une vingtaine de chansons, principalement écrites dans les années 63-64, au début de son succès. Le tour de chant est assez court, mais particulièrement intense… et puis on finit le spectacle en chantant quelques chansons populaires des années cinquante…

 
Pour la biographie, ça va aller assez vite :
  • Emilie a été à l’école de musique de la chapelle saint Luc (à coté de Troyes) jusqu’à 16 ans, puis elle a chanté et joué de la guitare pour son plaisir
  • moi, 6 ans, on m’a fait choisir entre l’harmonie de Villemaur (clairon) et le foot… et j’ai choisi le foot… bref, j’ai un peu appris tout seul… il y a même des mauvaises langues qui diraient que je n’ai pas encore appris…
On peut dire aussi qu’on joue dans la Bastide depuis 4 ans (une cinquantaine de concerts), qu’on est un groupe local, (made in pays d’Othe) sans autres prétentions que de jouer ici et là… et qu’on est heureux de jouer au maquis. "

Le maquis
: merci
la bastide
Vendredi 16 mars 2007 21 heures

Vitaty Makukin  (Guitare) & Natasha (Chant)




Ils nous  feront voyager depuis l'Ukraine leur pays d'origine avec quelques morceaux traditionnels et des compositions personnelles, jusqu''en Amérique du sud (Orpheo négro, Bessame mucho), en passant par l'Espagne (Flamenco), et bien sûr la France avec quelques standards de la chanson réaliste (Padam Padam) et du jazz.
Vitaly est un guitariste ukrainien virtuose utilisant la technique du tapping.

VITALY MAKUKIN  a fait une prestation remarquée sur la scène ouverte  du festival de Samois sur Seine  en  2006.

A voir la vidéo de ce concert sur la page des vidéos
vitaly
Evénement au maquis!
Vendredi 16 Février 2007 21 heures
Samedi 17 Février 2007    21 heures
JAZZ contemporain

Kris DAVIS au piano  

Nicolas MASSON Saxophone

Youen Cadiou Contrebasse


http://www.Krisdavis.net

Kris Davis ,  Nicolas Masson et Youen Cadiou nous font le plaisir  de venir jouer Au maquis ce vendredi et samedi à 21 heures.

( article dans Jazzman de février 2007)
Les disques de la canadienne Kris Davis pour la collection "New Talent" du label Fresh Sound ont révélé une chef d'orchestre, pianiste et compositrice dont l'inventivité n'avait pas à pâlir de la présence à ses côtés du formidable Tony Malaby. Elle donnera deux concerts les 16 et 17 au Maquis de Vareilles (89) avec le saxophoniste suisse Nicolas Masson et le contrebassiste Youenn Cadiou. Nos lecteurs suisses auront pu l'entendre auparavant en duo avec Nicolas Masson au Chorus de Lausanne le 9 et au Sud des Alpes à Genève le 10.
kris davis
Vendredi 9 Février 2007 21 heures
Samedi 10 Février 2007
 21 heures
Jazzy

Ludovic Bulcourt et Gwenael Micault

Ludovic Bulcourt et Gwenael Micault pour un duo d'accordéon décoiffant (voir leur vidéo sur le site)  

Ils se sont connus il y a une dizaine d'années......Mais c'est en 2005 qu'une véritable rencontre musicale s'est produite.
La volonté commune de rechercher la perfection harmonique dans l'Accordéon les a réunis instinctivement, et créer ce Duo d'Accordéons, est devenu une nécessité vitale.

L'excellente technicité et la complexité du jeu de Gwénaël MICAULT a pour écho la naturelle créativité mélodique et la vivacité improvisatrice de Ludovic BULCOURT.

Ludovic avec son bagage plutôt tzigane jazz et Gwenaël jazz, worldmusic ont mélangé le tout sous forme très jazzy..

Ils cherchent ensemble à explorer les capacités inépuisables de l'Accordéon.

Leur parcours respectif, la passion commune pour le génie de l'écriture harmonique de Bill Evans, les amènent à mettre en œuvre des accords, thèmes harmoniques, aux influences ethniques dans un univers jazzistique, pas, ou très peu employés dans le domaine de l'Accordéon.
 
Nous partageons ensemble leur complicité, c'est un régal de les voir se découvrir et se surprendre en "live", avec pour langage l'Accordéon et le Bandonéon. ... et leur aventure ne s'arrêtera pas là,  Le duo sortira son premier album en 2007...



Ludo et gwen au maquis">Ludovic Bulcourt et Gwenael Micault le 9 février
Le Maquis, c'est un café où l'on peut manger, c'est aussi une épicerie de produits locaux et de produits équitables, un peu de brocante, des jeux et de la lecture à disposition, de la musique, des expos, peut-être des rencontres, des projections....
Horaires minimums garantis :
Vendredi  et veilles de jours fériés:     16heures à 23 heures                maxi 2heures
Samedi :                                                    9heures à 23 heures                maxi 2 heures
Dimanche  et jours fériés:                       9 heures 20 heures
 


Merci de faire suivre a vos amis.

A bientôt.
Le Maquis de Vareilles
Bistrot de campagne
Art-Broc-Café
89320 VAREILLES
03.86.88.31.15


 

firefox Télechargez ce logiciel de navigation libre et qui va bien (site optimisé pour ce logiciel)